Publié le

Puma Suede, la sneaker qui a marqué l’histoire

Puma Suede

Nombreuses sont les sneakers qui ont marqué l’histoire de la mode et de la culture musicale, en particulier le hip-hop, à l’image des Superstar d’adidas et des Air Force 1 de Nike. Mais rares sont celles qui ont eu un impact sur l’histoire au sens large du terme. Parmi celles-ci, comment ne pas évoquer la Puma Suede ? Créée en 1968 par Rudolf Dassler, la chaussure de l’équipementier allemand reste considérée comme l’un des symboles forts de la contestation contre la situation des Afro-Américains aux Etats-Unis dans les années 70.

Aujourd’hui l’une des sneakers les plus portées dans le monde, la Puma Suede se dévoile dans ce nouveau focus historique qui vous permettra d’en savoir plus sur le contexte de sa création, son évolution et les manières de la porter pour un style irréprochable.

LE PREMIER SUCCÈS COMMERCIAL DE PUMA

Vous ne le savez peut-être pas, mais Puma et adidas ont un passé commun. Les deux marques ont été fondées par les frères Dassler qui, avant d’évoluer chacun de leurs côtés, ont collaboré pour développer l’activité de la société Schuhfabrik Gebrueder Dassler, déjà spécialisée dans la fabrication de chaussures de sport. Des tensions familiales et des divergences politiques survenues avec la Seconde Guerre mondiale les pousseront à prendre leur indépendance. Dès 1948, Rudolf se lancera dans l’aventure Puma alors que son frère, Adolf, créera adidas l’année suivante.

Puma et adidas se retrouveront très vite en concurrence, tout d’abord sur le marché des chaussures de football sur lequel la marque de Rudolf parviendra à tirer son épingle du jeu grâce à d’importantes innovations. Mais en 1964, adidas investi le créneau du tennis avec sa célèbre Stan Smith (appelée au départ Robert Haillet jusqu’en 1978) et parvient à distancer son « rival ». En guise de riposte, Puma concevra de son côté la Suede, un modèle au nom évocateur car composée entre autre d’une empeigne entièrement faite de daim. Nous sommes alors en 1968, une année décisive à la fois pour la firme au félin et sa chaussure qui entrera à jamais dans l’histoire.

1968, ET LA PUMA SUEDE ENTRA DANS L’HISTOIRE

Tommie C. Smith et John Carlos, lors des J.O de Mexico en 1968
Tommie C. Smith et John Carlos, lors des J.O de Mexico en 1968/figcaption>

C’est effectivement en 1968 lors des Jeux Olympiques de Mexico que la Puma Suede va se faire connaître au monde entier. Respectivement vainqueur et 3e de l’épreuve du 200 mètres d’athlétisme, Tommie C. Smith et John Carlos, coureurs américains d’origine africaine, vont monter sur le podium le point levé revêtu d’un gant noir, chaussettes noires levées et une paire de Suede posée à leur pieds. Cette posture leur coûtera leur bannissement à vie de l’équipe nationale d’athlétisme et une interdiction formelle de participer à toute épreuve sportive officielle. Mais elle leur aura permis de protester contre la situation des Afro-Américains aux Etats-Unis.

La chaussure de Puma, dont le logo rappelait le mouvement contestataire Black Panther, deviendra un symbole de rébellion et de radicalisme.

La même année, Rudolf Dassler fit la rencontre de Walt Frazier, le meneur de l’équipe de basketball des New-York Knicks. Connu pour son excentricité vestimentaire, celui-ci demanda au fondateur de Puma de lui dessiner une chaussure à son image. Pour répondre à sa demande, l’aîné des frères Dassler adaptera sa Suede en affinant et en élargissant sa semelle, en réduisant la hauteur de l’empeigne pour un maintien plus bas de la cheville et en le renommant « Clyde », en référence au surnom du basketteur. Walt Frazier était surnommé ainsi du fait de sa capacité à voler la balle à ses adversaires. Le logo de la chaussure disparu alors du talon et la mention Clyde remplaça celle de la Suede sur le laçage.

FAITE POUR LA RUE, PARFAITE POUR LE BREAKDANCE

La Puma Suede, icône de la culture hip-hop

Médiatisée comme il se doit par Walt Frazier, la Puma Suede ne mettra que très peu de temps à passer des parquets de la NBA aux playgrounds et des playgrounds aux « block parties », ces fêtes de quartier qui réunissent le voisinage autour de quelques musiciens. Puis ce sera au tour des breakdancers de se l’approprier.

Grâce à semelle conçue pour offrir un amorti et une stabilité optimisés, la Puma Suede se forgera rapidement cette excellente réputation de « chaussure faite pour la rue » qui lui colle encore à la peau aujourd’hui. Séduits autant par ces performances que par son style personnalisable facilement, notamment grâce aux multiples déclinaisons de couleurs et aux différents types de lacets proposés, les amateurs de breakdance, plus couramment appelés B-boys, l’adopteront massivement dans les années 80-90 pour en faire un témoin et un acteur de l’essor du hip-hop et de sa culture. Les plus illustres crews à l’avoir chaussées restent à ce jour le Rock Steady Crew et les NYC Breakers. On la verra également dans le film « Beat Street » de Stan Lathan en 1984 ainsi que dans les livres du photographe Jamel Shabazz.

Amorcée dans les années 1980, l’histoire commune la Puma Suede et du breakdance ne semble pas prête de s’arrêter. Si elle est désormais portée par les amoureux de streetwear comme un simple accessoire de mode, la sneaker la plus populaire de l’équipementier allemand reste une référence dans l’univers de la danse dont les pratiquants apprécient plus que jamais ses nombreux avantages techniques et esthétiques. La marque de boisson énergisante Red Bull organise d’ailleurs chaque année un projet artistique combinant breakdance et réalité virtuelle à l’issue duquel une paire de Puma Suede floquée à son nom est remise au gagnant.

En 2013, Puma a lancé un mini-site accompagné d’une chaîne YouTube baptisée « Made for the street » pour raconter l’influence de la culture urbaine sur ses chaussures. Extrait de celle-ci, le reportage ci-dessus explique le rôle prépondérant qu’ont joué les B-boys sur l’ascension de la Puma Suede.

Revisitée au fil des années et des saisons par la marque allemande, la Puma Suede poursuit inlassablement son petit bonhomme de chemin. Toujours aussi séduisante, elle parvient à faire de nouveaux adeptes tant auprès de l’ancienne génération que de la nouvelle. Si la première voue un culte aux modèles les plus fidèles à l’originale de 1968, les plus jeunes apprécient davantage les déclinaisons plus « modernes », caractérisées par des matières et des formes qui apportent une certaine touche de modernité à la chaussure rendue célèbre par les sportifs Tommie Smith et Walt Frazier, ainsi que les b-boys. Récemment, elle a fêté ses 45 ans d’existence avec une édition limitée couleur saphir proposée à seulement 450 exemplaires. On pense également à la version Platform. Disponible dans deux coloris noir et blanc sur la boutique, la Puma Suede Platform se distingue grâce à son épaisse semelle inspirée des Creepers de Rihanna et son embout doré résolument tendance.

ET LA PUMA SUEDE SE FÉMINISA…

Moderniser cette icône de la mode sans pour autant rompre avec la tradition n’était pas chose aisée pour les designers de PUMA. Ceux-ci ont donc fait le parti-pris d’offrir une touche plus féminine à l’indémodable chaussure en la dotant d’un système de laçage inédit en satin. Plus épais mais aussi plus élégants, ces lacets sont la marque de fabrique des modèles de la toute nouvelle collection PUMA Heart. A découvrir sans plus tarder chez DESTOCKMODE, cette gamme comprend des déclinaisons en suede ainsi qu’en cuir vernis qui vous surprendront toutes par leur originalité autant que par leur confort. Dotée d’une ouverture et d’une languette rembourrées, la Suede Heart vous offrira en effet un chaussant parfait tout au long de la journée. Jugez-en plutôt par vous-même, il ne vous reste plus qu’à choisir la couleur de votre choix !